comprendre et utiliser le PEA pour réduire les charges fiscales

Comprendre et utiliser le PEA pour investir en bourse

L’investissement en bourse est un moyen prisé par de nombreux épargnants pour faire fructifier leur capital. Parmi les diverses solutions d’investissement, le Plan d’Épargne en Actions (PEA) représente une option attractive pour les personnes souhaitant se constituer un portefeuille d’actions européennes. Dans cet article, nous aborderons les principales caractéristiques du PEA, les actions éligibles, la fiscalité avantageuse qui lui est spécifique, ainsi que certaines stratégies d’investissement adaptées.

Ouvrir un PEA : conditions et démarche

L’ouverture d’un PEA est possible pour toute personne physique majeure résidant en France et ne possédant pas déjà un autre PEA. Il reste limité à un plan par contribuable et deux plans maximum par foyer fiscal.

Comment ouvrir un PEA ?

Pour ouvrir un PEA, vous devez vous adresser à une banque ou un établissement financier qui propose ce produit d’épargne. L’ouverture est soumise à quelques conditions :

  • Être âgé d’au moins 18 ans ;
  • Être résident fiscal en France ;
  • Ne posséder qu’un seul PEA par personne (ou deux pour un couple marié ou pacsé, soit un par conjoint).

Une fois le compte ouvert, le titulaire doit verser une somme initiale généralement comprise entre 150 et 300 euros, selon les exigences de l’établissement financier choisi. Par la suite, les versements sont libres et peuvent être effectués à tout moment, jusqu’à atteindre le plafond. Le montant maximum que vous pouvez verser sur un PEA est de 150 000 euros pour un PEA classique, tandis qu’il est porté à 225 000 euros pour les PEA-PME permettant d’investir dans des entreprises de taille plus modeste.

Vous pouvez y investir dans différents types de placements :

  1. Des actions françaises et européennes ;
  2. Des parts de sociétés d’investissement à capital variable (SICAV) ou de fonds communs de placement (FCP) investissant majoritairement en actions européennes ;
  3. Des certificats d’investissement issus de sociétés françaises ou européennes ;
  4. Des titres participatifs d’organismes financiers établis en Europe.

Actions éligibles au PEA

Entreprises européennes et valeurs mobilières

Les investissements réalisés dans le cadre du PEA doivent respecter des critères d’éligibilité bien spécifiques. Ainsi, seules les actions d’entreprises ayant leur siège social en Europe sont autorisées. Il est également permis d’acheter des parts de fonds commun de placement (FCP) ou de sociétés d’investissement à capital variable (SICAV), sous réserve que ces derniers soient constitués à 75 % au minimum d’actions éligibles au PEA.

Valeurs éligibles sur différents marchés boursiers

Outre les actions françaises, il est donc possible d’intégrer à son PEA des titres issus d’autres pays membres de l’Union Européenne, ainsi que ceux des pays membres de l’Espace économique européen ayant conclu une convention fiscale avec la France. Les valeurs éligibles peuvent provenir aussi bien de grandes entreprises cotées sur des indices boursiers comme le CAC40 ou l’Euro Stoxx 50, que de petites et moyennes entreprises (PME) ou d’entreprises de taille intermédiaire (ETI).

La fiscalité avantageuse du PEA

Le principal atout du PEA réside dans sa fiscalité favorable, incitant à la détention longue durée des titres. En effet, tant que les fonds sont maintenus au sein du PEA, aucune imposition n’est due sur les plus-values ou les dividendes perçus.

Exonération d’impôt après 5 ans de détention

Après 5 ans de détention, les gains enregistrés bénéficient d’une exonération d’impôts sur le revenu. Seuls restent dus les prélèvements sociaux, dont le taux s’établit à 17.2 % (2024). En cas de retrait partiel avant 5 ans, la fiscalité est en revanche moins avantageuse :

  • Avant cinq ans de détention : les gains sont soumis à un impôt forfaitaire de 12.8 %, ainsi qu’aux prélèvements sociaux de 17.2 % ;
  • Après cinq ans : L’exonération d’impôt sur le revenu vous est définitivement acquise au terme d’une durée minimale de cinq ans.
Durée de DétentionImpôt sur le RevenuPrélèvements SociauxTotal d’Imposition
Avant 5 ans12,8 %17,2 %30 % (la flat tax)
Après 5 ansExonération d’impôt17,2 %

Fermeture du PEA et conséquences fiscales

Toute fermeture du PEA entraîne l’application de la fiscalité ordinaire sur les gains, quel que soit l’âge du plan. Il convient donc de bien réfléchir avant de procéder à cette opération, sous peine de perdre une partie des avantages fiscaux liés au PEA.

Stratégie d’investissement pour son PEA

Diversification et choix des actions

Pour optimiser la performance de son portefeuille d’actions dans le cadre du PEA, il est essentiel de diversifier ses investissements. Ceci permet de limiter les risques liés aux fluctuations des cours et de profiter des opportunités offertes par différents secteurs d’activité ou zones géographiques.

Il est généralement recommandé de sélectionner des actions avec des perspectives de croissance, un bon historique en termes de rentabilité et de versement de dividendes, ainsi qu’une certaine solidité financière.

Investissement progressif et régulier

Dans la mesure où le marché boursier connaît des variations importantes à court terme, l’idéal pour réduire les risques liés au timing d’investissement est d’opter pour une approche progressive. Il s’agit de réaliser ses achats d’actions de manière échelonnée dans le temps, en programmant des versements réguliers. Cette stratégie, appelée « dollar cost averaging », permet d’éviter les erreurs d’achat sur des valeurs survendues ou surestimées.

Étude des entreprises et suivi du portefeuille

Enfin, bien que le PEA incite à conserver ses actions sur le long terme, il est important de rester attentif aux performances des entreprises dans lesquelles on a investi. Une veille régulière de l’actualité économique et sectorielle, ainsi qu’un suivi des résultats financiers publiés par les sociétés, permettra d’anticiper les éventuelles difficultés et de prendre des décisions d’arbitrage si nécessaire.

A lire également